Catégories
Enfants/Ados

« L’école autrement »

L’association Piân’Piâne a créé le dispositif « L’école autrement ». Nous proposons un accueil de jour pour des enfants ou des jeunes en rupture scolaire, partielle ou totale.

Notre volonté
Permettre à tout enfant, adolescent accueilli dans ce lieu « autre » de se ressourcer, d’apprendre à vivre, à se construire, à se respecter, à respecter l’autre, à développer le goût d’apprendre et ainsi de participer à son retour progressif dans l’institution scolaire.

Public accueilli

  • Tout public en âge de scolarité obligatoire et en situation scolaire difficile

Capacité maximum

  • Jusqu’à 5 jeunes par encadrant

Équipe d’encadrement

  • animateur(trice) social / éducateur(trice)

Objectifs

  • Réintégrer progressivement le milieu scolaire
  • Faciliter l’insertion sociale

Admission

  • A partir d’une demande venant de l’ASE ou d’un adulte référent

Avant toute chose, établir un projet individuel et sur-mesure
L’accompagnement se met en place seulement après l’établissement d’un projet d’accueil adapté.
Le projet s’établit avec le jeune et avec les différents partenaires : parents, institutions et équipes d’encadrement (soignants, éducateurs etc.).
Lorsque toutes les parties sont en accord avec le projet, une convention est signée et scelle l’engagement mutuel.

Il est à noter qu’au début de la prise en charge, l’accompagnement individuel est privilégié. La relation de confiance doit s’instaurer avant d’envisager tout travail collectif.

  • Durée et intensité

La prise en charge est définie selon le projet individuel. Elle varie d’une semaine à une année scolaire et peut être révisée à l’issue d’une réunion de synthèse.
L’accompagnement a lieu exclusivement sur le temps scolaire (lundi, mardi, jeudi, vendredi), il est à temps partiel ou à temps plein. Il est révisable, à tout moment, à l’issue d’une réunion de synthèse.

  • Lieux

Tous les espaces de l’association peuvent être utilisés.
Selon le projet, l’accompagnement peut également inclure des activités dans des lieux extérieurs tels que bibliothèque, médiathèque, théâtre etc.

La « rupture scolaire », qu’est-ce que c’est ?
Ce terme désigne l’arrêt partiel ou total du parcours scolaire de certains enfants ou jeunes. Les principales causes sont : phobie scolaire, exclusion temporaire, projet d’intégration scolaire progressive après maladies ou autres difficultés.

Constats
A l’heure actuelle, certains adolescents dont la problématique et/ou les troubles du comportement sont envahissants ou associés à des passages à l’acte, trouvent difficilement une orientation adaptée au sein d’un collectif qu’ils risquent de déstabiliser.
Dans le même temps, certains jeunes recherchent un cadre de prise en charge différent leur permettant une forte individualisation. Encore plus lorsqu’ils ont un long passé institutionnel.
Une nouvelle structure de groupe réduit peut parfaitement répondre à leur évolution.

Exemples d’actions et d’objectifs

Pour une meilleure image de soi

  • Faciliter l’insertion sociale : pratiquer des gestes de la vie quotidienne pour retrouver un mode de vie
  • Restaurer la confiance en soi et en l’autre : instaurer une relation d’écoute, de respect et de qualité
  • (Re-)construire son identité : être actif, se sentir utile dans le cadre de la ferme (soins aux animaux, jardinage etc.)
  • Valoriser les connaissances : transmettre son savoir à d’autres lors d’accueil de groupes dans la ferme pédagogique
  • S’ouvrir sur le monde extérieur : préparer et participer à des sorties culturelles

Pour un mieux être à l’école

  • Définir des objectifs scolaires : faire un bilan des aptitudes et des acquis
  • Retrouver un niveau scolaire : l’animateur social utilise des évaluations scolaires (s’appuyant sur les évaluations nationales) comme support de travail
  • Savoir s’évaluer : construire et élaborer des auto-évaluations avec le jeune selon ses objectifs

Élargir le public accueilli

A la suite de la première année de fonctionnement de « L’école autrement », nous avons été sollicités par des particuliers et par d’autres associations telles que les Nids (éducateurs de rue), la Maison de Bordeaux-St-Clair (CDE Pôle havrais), l’hôpital de jour de Lillebonne. Certains de ces organismes non financés par l’ASE sont sans ressources spécifiques…
Toutes ces sollicitations renforcent notre conviction que ce dispositif a une réelle raison d’exister et qu’il répond à un besoin urgent.
Notre requête actuelle est de faire en sorte que cet accueil de jour puisse perdurer en s’adressant à tous les enfants et adolescents, pris en charge par l’ASE ou non.
Nous avons besoin de partenaires financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *